Imprimer
Catégorie : Mes lectures
Affichages : 14802
1 1 1 1 1 90%/5 (4 Votes)

Pensées - Pascal - © Garnier Flamarion 1976 Un grand livre ! Ce fut un de mes livres de chevet vers 17 ans.

Pascal est un célèbre mathématicien et philosophe du 17ème siècle.
Il est en particulier considéré comme l'inventeur de la calculatrice.

Plus d'information ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Pascal 

Quelques extraits de ce livre, marquant pour moi :  



 

Pascal avec son esprit mathématicien était porté par la logique et la raison mais il en connaissait aussi la limite dans la pratique de la vie :

"Deux excès: exlure la raison, n'admettre que la raison"

"La raison agit avec lenteur, et avec tant de vues, sur tant de principes, lesquels il faut qu'ils soient toujours présents, qu'à toute heure elle s'assoupit ou s'égare, manque d'avoir tous ses principes présents. Le sentiment n'agit pas ainsi : il agit en un instant, et toujours est prêt à agir. il faut donc mettre notre foi [foi en Dieu] dans le sentiment; autrement, elle sera toujours vacillante."

Cette phrase ne peut pas être comprise mot à mot (la foi n'est pas que sentiment et il l'exprime plusieurs fois dans ses pensées) mais comporte une grande profondeur pratique sur la foi et les limites de la raison !



Le célèbre pari de Pascal. (note 184 à 241)

"(233-418) ...Examinons donc ce point et disons: Dieu est ou il n'est pas. Mais de quel côté pencherons nous ? [...] Que gagerez-vous ? [...] il faut parier. Cela n'est pas volontaire : vous êtes embarqué. [...] Estimons ces 2 cas : si vous gagnez, vous gagnez tout; si vous perdez, vous ne perdez rien.

Dans cette partie de ses pensées, pour Pascal, il y a un pari dans le choix de croire ou non en Dieu et Il veut démontrer qu'il est plus avantageux d'y croire que de ne pas y croire.

Voici en substance ce que je comprends de sa démonstration :

Si on choisi de croire :

Si on choisi de ne pas croire :




"(67-23) - Vanités des sciences - La science des choses extérieures ne me consolera pas de l'ignorance de la morale, au temps d'affliction; mais la science des moeurs me consolera toujours de l'ignorance des sciences extérieures."

 <..... je dois en ajouter d'autres ! .....>